Quelles évolutions de carrière pour les magasiniers ?

Le magasinier ou cariste occupe une fonction essentielle dans la chaîne logistique. C’est avant tout un gestionnaire de stock à grande échelle et une aide pour le préparateur de commande.

Son rôle est de réceptionner, stocker et préparer les marchandises destinées à la livraison pour un client. C’est aussi lui qui s’occupe des stocks (suivi, inventaire, commandes…).

Lire également : Les opportunités offertes par le DCG pour une carrière épanouissante en finance et gestion

Le magasinier peut exercer dans différents secteurs tel que le commerce, l’industrie, l’agriculture, la grande distribution… Avec l’essor du e-commerce et du drive pour les supermarchés, les offres d’emploi de cariste sont de plus en plus nombreuses.

Quelles sont les missions du magasinier ?

Le magasinier suit les instructions du chef magasinier. Avec l’automatisation de certaines tâches, le métier évolue et devient plus informatique. Les tâches manuelles sont ainsi réduites, ce qui permet au cariste de se concentrer pleinement sur d’autres missions.

A voir aussi : L’approche directe, une technique efficace de recrutement

Voici les missions du magasinier :

  • Réception et vérification de la
    conformité et de l’état des produits
  • Regroupement des marchandises
    destinées à une commande
  • Étiquetage des articles et
    cartons
  • Conditionnement, assemblage et
    emballage des produits
  • Acheminement des commandes en zone
    d’expédition ou de stockage
  • Chargement des véhicules de
    transport
  • Gestion des stocks (inventaire,
    contrôle, approvisionnement, rangement…)
  • Entretien et maintenance du
    matériel et des équipements

Quelles formations pour devenir magasinier ?

Pour devenir cariste, il n’y a pas de diplôme exigé. En revanche, le CACES est obligatoire pour la manipulation d’engins tels qu’un transpalette ou un monte-charge.

Une formation magasinier peut toutefois permettre d’acquérir certaines compétences afin de rendre son profil plus attrayant auprès des recruteurs.

Il y a différents niveaux de formations, du CAP au BAC +2 :

CAP :

  • CAP opérateur logistique
  • CAP vendeur magasinier en pièces
    de rechange et équipements automobiles

BAC :

  • Bac pro logistique

BAC +2 :

  • BTS GTLA – gestion des transports
    et logistique associée

Enfin, pour une reconversion professionnelle ou pour un demandeur d’emploi, il est possible de suivre des formations à titre professionnel (TP) :

  • TP agent magasinier
  • TP préparateur de commandes en
    entrepôt
  • TP cariste d’entrepôt
  • TP technicien supérieur en
    méthodes et exploitation logistique (TSMEL)

Salaire et évolution de carrière pour un magasinier

En général, un magasinier débutant perçoit le SMIC. Après quelques années d’expériences, il peut espérer un salaire d’environ 1600 € par mois. En fonction de son contrat, il est possible pour un cariste de négocier une prime d’objectif.

Avec de l’expérience ou grâce à des formations, le magasinier peut évoluer au cours de sa carrière. Il peut devenir chef magasinier, gestionnaire de stocks, chef de quai ou responsable de centre de magasinage.

Quelles compétences et qualités pour être magasinier ?

Le magasinier est parfois soumis à des conditions de travail difficiles. Il faut d’abord être disponible. En effet, il n’est pas rare pour un cariste d’avoir des horaires décalés, de travailler les week-ends et les jours fériés.

Mais surtout, il faut posséder une bonne condition physique : être résistant au froid, à la chaleur, au bruit, pouvoir rester debout toute la journée et porter des charges lourdes.

Ensuite, un cariste doit avoir une bonne vision de l’espace afin de pouvoir organiser et optimiser les rangements, les colis et l’entrepôt.

Enfin, le magasinier doit avoir un bon sens de l’organisation, être rigoureux et respectueux des produits, des procédures et des règles de sécurité.

La nouveauté du métier, c’est qu’il faut également être à l’aise avec la manipulation de certains logiciels devenus indispensables.

Comment se déroule une journée type pour un magasinier ?

La journée d’un magasinier dépend en grande partie des missions qui lui sont confiées. Il y a quelques tâches récurrentes que l’on retrouve dans la plupart des entreprises.

Tout d’abord, le matin commence par une prise de connaissance du planning et des objectifs à atteindre pour la journée. Vient ensuite l’étape de vérification et de préparation du matériel nécessaire : chariot élévateur, transpalette, diable…

Puis viennent les opérations de manutention proprement dites, comme le chargement ou le déchargement de camions, le rangement des colis dans les rayonnages ou encore la mise en place des étiquettes sur les palettes.

Certains magasiniers passent leur temps à gérer les entrées et sorties dans un entrepôt, alors que d’autres seront amenés à s’occuper uniquement des stocks.

Les pauses sont rares, car elles peuvent ralentir la cadence soutenue exigée habituellement par ce métier. Une petite pause est souvent accordée pour se reposer un peu pendant une durée limitée, afin de repartir avec plus d’énergie.

Donc, chaque journée est différente selon l’environnement professionnel, mais demeure intense physiquement autant qu’intellectuellement.

Les perspectives d’avenir pour les magasiniers dans un contexte de digitalisation des entrepôts

Dans un contexte de digitalisation croissante des entrepôts, les perspectives d’avenir pour les magasiniers sont nombreuses. Effectivement, cette transformation numérique implique une évolution des métiers et des compétences nécessaires à leur exercice.

De nouvelles technologies ont fait leur apparition ces dernières années dans le domaine de la logistique : robots collaboratifs, systèmes automatisés de stockage et de préparation de commande, drones… Ces innovations ont permis d’améliorer l’efficacité globale des entrepôts en réduisant notamment les coûts liés aux erreurs humaines.

Cela ne signifie pas que le rôle du magasinier est amené à disparaître ou à être remplacé par des machines. Au contraire, il est appelé à évoluer afin d’intégrer ces nouvelles technologies dans son travail quotidien.

Les magasiniers doivent donc acquérir de nouvelles compétences telles que la maîtrise des outils informatiques (logiciels WMS), la connaissance du fonctionnement et de la maintenance des équipements automatisés ou encore une capacité d’adaptation face aux changements technologiques fréquents.

Cette digitalisation a aussi vu l’émergence de nouveaux métiers tels que le poste très recherché aujourd’hui d’opérateur logistique robotisé. Ce dernier doit superviser les opérations réalisées par les robots autonomes tout en assurant le bon fonctionnement global du système.

Si cette évolution technologique engendre incontestablement des changements, elle offre aussi de nouvelles perspectives d’avenir pour les magasiniers soucieux de se former et d’évoluer avec leur temps. Leurs compétences sont plus que jamais recherchées dans un marché du travail en constante mutation.