Comment se reconvertir dans le métier d’aide-soignant ?

Le corps médical est connu pour la diversité d’experts et de professionnels dont il regorge. Si certains sont qualifiés pour faire des diagnostics et traiter directement les malades, d’autres jouent plutôt un rôle d’assistance. C’est principalement le cas des aides-soignants. Pourquoi une reconversion dans le métier d’aide-soignant ? Nous vous en parlons dans cet article.

En quoi consiste le métier d’aide-soignant ?

Le métier d’aide-soignant est une profession noble qui implique une réelle vocation : celle de prendre soin. Dans la pratique, les missions de l’aide-soignant sont les suivantes : aider les malades à la prise de leurs médicaments, travailler de concert avec les infirmiers et médecins pour des soins, s’occuper de certains prélèvements comme la prise capillaire et les prélèvements sanguins.

Lire également : Trouver un emploi à Castres : annonces, CV, recrutement et job alerte

En outre, un emploi d’aide-soignante vous place dans une posture d’intermédiaire entre les professionnels de santé et les malades. Vous êtes également une aide psychologique très efficace pour les malades. L’aide-soignante peut intervenir à la fois au domicile du patient, dans un centre communal ou dans un centre de santé.

Effectuer une reconversion dans le métier


Le métier d’aide-soignant exige l’obtention au préalable du diplôme d’État d’aide-soignant (DEAS). Ledit diplôme peut être obtenu soit grâce à une VAE (validation des acquis de l’expérience) ou après la réussite au concours. Depuis 2021, la formation au métier d’aide-soignant s’étend sur une période de 12 mois, pour un diplôme équivalent au bac.

A lire également : L’approche directe, une technique efficace de recrutement

Cette formation prend en compte quatre grandes phases de stages. Durant cette succession de stages, l’élève devra effectuer au moins une expérience de travail le week-end et la nuit. Il devra de même pendant l’un des quatre stages travailler auprès d’un senior ou d’une personne handicapée. Si vous êtes déjà titulaire de certains diplômes ayant rapport au domaine médical ou social, vous pourrez bénéficier de dispenses pour certaines unités de formation.

Pour vous former, il est indispensable de signer un contrat d’apprentissage. La formation proprement dite s’étendra sur 1 an et demi, soit 18 mois. Néanmoins, cela n’est valable que pour les candidats n’ayant pas encore l’âge de 30 ans. Petite nouveauté, vous pouvez désormais profiter de deux rentrées : la première qui débute au mois de septembre et la seconde en janvier. La formation se déroule dans l’un des nombreux centres IFAS de la France.

Une profession ouverte et relativement accessible

Le métier d’aide-soignant contrairement à la plupart des autres professions est très accessible. D’abord, pour bénéficier d’une formation au métier, vous n’avez pas besoin d’un diplôme spécifique. Ensuite, certains centres offrent des possibilités de reconversion sans bac. Il vous faudra juste leur transmettre un CV accompagné d’une lettre de motivation. Enfin, c’est un métier accessible dès l’âge de 17 ans.

Une rémunération intéressante pour un emploi stable

La rémunération d’un aide-soignant est légèrement au-dessus du SMIC. Elle s’élève à 1 645,45 € brut tous les mois. C’est une profession assez intéressante puisque toutes les années, de nouveaux recrutements sont ouverts et les opportunités dans le secteur sont plus ou moins importantes. Après quelques années d’activité, un aide-soignant peut passer un examen et devenir officiellement un infirmier. Il a aussi la possibilité d’être intégré dans des hôpitaux publics sur concours.

Les formations et certifications nécessaires pour devenir aide-soignant

Pour devenir aide-soignant, il est nécessaire d’avoir suivi une formation intensive de 10 à 11 mois dans un institut spécialisé. Cette formation vous permettra d’acquérir les connaissances théoriques et pratiques indispensables pour exercer ce métier. Le programme comprendra des modules sur l’anatomie, la pharmacologie, les soins infirmiers fondamentaux ainsi que sur la psychologie du patient.

Une fois votre diplôme en poche, vous pouvez aussi suivre des formations continues pour approfondir vos compétences ou évoluer vers un poste plus senior.

Si vous êtes déjà expérimenté dans le domaine médical mais sans diplôme officiellement reconnu en tant qu’aide-soignant, certaines universités proposent des sessions courtes et intensives afin de valider vos acquis par le biais d’une reconnaissance académique.

Les qualités et compétences requises pour réussir dans ce métier important de la santé

Le métier d’aide-soignant est exigeant et nécessite certaines qualités et compétences indispensables pour réussir dans ce domaine. Il faut être à l’écoute de ses patients et faire preuve d’une grande patience.

L’aide-soignant doit aussi être très organisé afin de pouvoir gérer les tâches à accomplir tout en garantissant la sécurité des patients qu’il assiste. Il doit aussi être capable de travailler en équipe avec les autres professionnels médicaux tels que les médecins ou les infirmières.

L’empathie est une qualité primordiale pour un aide-soignant car elle permettra de mieux comprendre les besoins des patients, mais aussi de leur apporter plus de réconfort lorsqu’ils se sentent vulnérables ou malades. La bienveillance, quant à elle, est essentielle pour créer une atmosphère sereine entre le patient et son aide-soignant.

D’autre part, un bon aide-soignant doit avoir une bonne hygiène personnelle ainsi qu’un grand respect des règles sanitaires strictement appliquées au sein du milieu hospitalier ou clinique où il travaille. L’aide-soignante devra aussi savoir faire face aux situations imprévues avec sang-froid tout en sachant rester réactive face aux demandes urgentes sans tomber dans la panique.

Mais avant toute chose, le sens du service aux autres constitue la première valeur nécessaire chez tous les intervenants dans le secteur de la santé, tels que l’aide-soignante.